Protégé : Journée missionnaire 2017

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

De Timothée au Cambodge

timothee.paton@gmail.com

www.timpaton.info

‘ Ce n’est pas pour… c’est pour…’

Ça vous arrive de tomber sur un verset de la Bible que vous avez déjà lu plusieurs fois ? Dans le passé, ce verset ne vous a pas parlé plus que ça… puis un jour, il sort littéralement du texte et vous interpelle avec force !

C’est ce qui m’est arrivé récemment. Je lisais un passage de la première lettre de Paul à l’église de Corinthe. Chapitre 1 v 17 : ‘Ce n’est pas pour baptiser que Christ m’a envoyé, c’est pour annoncer l’Évangile.’

‘ Ce n’est pas pour… c’est pour…’

Paul savait clairement ce à quoi il était appelé et ce à quoi il n’était pas appelé.

On pourrait penser : ‘Mais c’est l’Apôtre Paul ! Il va quand même bien baptiser les nouveaux croyants ? C’est le rôle d’un serviteur de Dieu !’

Eh bien non, pas pour Paul. Son appel se réduisait à la seule proclamation de l’Évangile.

William Booth, le fondateur de l’Armée du Salut, savait clairement ce à quoi il était appelé. Il disait : ‘J’ai trouvé ma destinée. Je dois apporter l’Évangile aux gens des quartiers Est de Londres’. Voilà un homme qui avait compris le principe du ‘Ce n’est pas pour… c’est pour…’.

Alors je me suis assis et j’ai écrit. Tout d’abord ce à quoi je ne suis pas appelé. Ma liste des ‘Ce n’est pas pour…’

Puis une deuxième colonne intitulée : ‘C’est pour…’ que j’ai résumée en trois objectifs :

  • Annoncer l’Évangile
  • Mobiliser pour la mission
  • Équiper des orateurs à captiver leur auditoire

C’est intéressant de voir que la première lettre de chaque objectif : A. M. E.  forme le nom de la mission avec laquelle j’ai été envoyé au Cambodge : AME (Action Mission Espoir).

A comme Annoncer l’Évangile

Je suis convaincu que le seul espoir pour le Cambodge, c’est le message de la grâce de Dieu. Au fil des années, des millions et des millions de dollars d’aide ont été versés au Cambodge. Et pourtant, il reste toujours aussi gangréné par la corruption. L’inégalité entre les riches et les pauvres s’agrandit de jour en jour. Seul l’Évangile peut restaurer le Cambodge.

Pour je ne sais quelle raison, j’ai plus de plaisir aujourd’hui à prêcher que dans le passé. Le jour de Noël, j’annonçais l’Évangile à l’église ‘Bonne Nouvelle’ de Phnom Penh. Que du bonheur. Et encore plus quand une dizaine d’âmes perdues se sont données à Dieu.

M comme Mobiliser pour la mission

D’un côté, les besoins dans le monde sont énormes. De l’autre, nous voyons des multitudes d’hommes et de femmes avec des dons, des talents, des ressources et du temps. Le grand défi est d’interpeller le plus grand nombre à quitter la plage pour s’engager dans les eaux profondes de la mission.

On raconte qu’aux funérailles du docteur Livingstone, un journaliste demanda à un homme qui sanglotait devant le cercueil du missionnaire s’il faisait partie de sa famille. À quoi l’homme répondit : ‘Non, je ne pleure pas sur lui, mais sur moi-même. Lui a réussi sa vie et moi j’ai gâché la mienne !’

Il y a pléthore de chrétiens qui gâchent la seule vie que Dieu leur a donnée.

De nouveaux déplacements se préparent pour cette année : en France, en Finlande,  en Suisse, au Bénin, en Colombie…pour mobiliser jeunes et moins jeunes à ne pas gaspiller leur vie.

En janvier j’étais en tournée dans un pays d’Asie du Sud-Est où la liberté religieuse est restreinte.

Lors de mes voyages, je remplis ma valise d’exemplaires de Quittez la plage !

À ce jour, le livre existe en français, anglais, arabe, khmer et braille. Il attend d’être imprimé en espagnol, portugais et chinois.

Que la plage se vide. Que les bateaux se remplissent.

E comme Équiper des orateurs à captiver leur auditoire.

L’Église est appelée à pratiquer l’art de parler en public. Dieu cherche des disciples prêts à se lever et à parler avec clarté et créativité.

Il est temps de retrouver la force des histoires pour transmettre le message.

Il y a partout des orateurs potentiels. Il faut les chercher. Ils méritent qu’on leur donne l’occasion d’exercer ce don de la parole.

Bon nombre d’entre eux croient sans aucun doute que l’Évangile est la meilleure histoire au monde, mais ils sont frustrés de ne pas pouvoir le communiquer de façon captivante.

C’est suite à des années de frustration (d’ailleurs bon nombre de ministères et de missions sont nés d’une ‘sainte frustration’) que j’ai lancé GospelTALK.

Après avoir donné une formation dans les villes de Battambang et de Siam Reap, c’est à Phnom Penh que je me rends tous les 15 jours pour enseigner des clés pour captiver un auditoire. Évidemment ces clés ne valent rien si l’Esprit saint ne nous accompagne pas quand nous nous trouvons face au public. C’est Lui qui fait toute la différence.

Si la première facette de GospelTALK est la formation, l’autre facette sera pour bientôt des ‘GospelTALK Live Events’ durant lesquels des orateurs et oratrices de tous âges auront l’occasion de monter sur scène et donner de courtes présentations de l’Évangile. Entre chaque ‘mini-sermon’, un artiste interviendra avec un morceau de musique, une danse, un mime, une peinture, un sketch… Ces rendez-vous d’évangélisation seront l’occasion d’inviter ceux qui ne connaissent pas encore Dieu.

Et si GospelTALK contribuait à lever une nouvelle génération d’orateurs passionnés et passionnants ?

Je viens de terminer de lire la biographie d’Andrew Murray, prédicateur sud-africain du 19e siècle. En voici un court extrait :

‘Un jour de Noël, Murray prêchait dans une prison. L’auditoire de quelques 200 voleurs était tous sauf dans une attitude d’écoute. Ils se sont mis à tousser bruyamment pour tenter de noyer la prédication. Murray sortit sa montre et s’adressa aux détenus : ‘Un à la fois messieurs, un à la fois. Je vous donne 5 minutes pour tousser puis vous me donnez 5 minutes pour prêcher. Les 200 prisonniers étaient tellement captivés par ce nouveau prêcheur qu’aucun d’entre eux ne s’est mis à tousser durant les 5 minutes où Murray annonça l’Évangile.’ 

Et pour cette année nouvelle, vous l’avez votre liste de ‘Ce n’est pas pour, c’est pour…’ ? Si vous me l’envoyez, je me ferai un plaisir de la lire et de prier pour vous.

C’est de Kep au sud du Cambodge que je vous envoie cette lettre. J’y passe un tiers de mon temps à me ressourcer, à préparer de nouveaux messages, à écrire de nouveaux livres, à correspondre. L’autre tiers, je suis à Phnom Penh ou ailleurs au Cambodge occupé à prêcher et enseigner. Et le dernier tiers, je le passe à prêcher à l’étranger.

Que 2017 soit pour vous et vos proches la plus belles des années !

Timothée Paton

Ma chaine YouTube est lancée. Voici une des vidéos :

https://www.youtube.com/watch?v=UPJEYkzr6ws&t=43s

Timothée Paton réponds à vos questions…

Voici les questions que l’on me pose souvent :

1) Timothée, à quelle mission appartiens-tu ?

En novembre 2015, je suis devenu membre de la mission AME, basée dans le Nord de la France. AME signifie : Action Mission Espoir. Une petite structure avec une grande vision : faire connaitre l’Evangile jusqu’aux extrémités de la terre : http://ame-france.org/

2) Quelle est l’église qui t’envoie ?

Le Gospel Center à Lausanne, en Suisse, conduit par Marc et Christine Gallay, anciens missionnaires au Cambodge. http://gc-lausanne.org/

3) Tu fais quoi au juste au Cambodge ?

En 2015 le Seigneur a mis sur mon cœur d’équiper les cambodgiens comme les missionnaires de tous âges à se tenir devant un public et communiquer l’Evangile avec passion et créativité. Après avoir voyagé sur tous les continents et à parler devant toutes sortes d’auditoires je veux partager ce que je crois être les clés pour captiver ceux qui viennent nous écouter. La première formation GospelTALK a été tenue au sein de Jeunesse en Mission à Battambang. Puis sur Siem Reap et Phnom Penh: www.gospeltalk.show

Il est temps que la plus belle histoire soit présentée de la plus façon la plus captivante qui soit !

Je continue également à voyager à l’étranger pour stimuler jeunes et moins jeunes à ‘ Quitter la plage pour les eaux profondes du service de Dieu’. Je suis en dehors du pays pratiquement une fois chaque mois. En 2017 je compte prêcher, Dieu voulant au Bénin, en France, en Suisse, en Colombie, en Finlande…

4) Comment es-tu soutenu financièrement ?

Pendant bientôt 18 ans, je suis béni d’avoir des amis qui me soutiennent. Durant toutes ces années, je n’ai pas eu de salaire. Mais la générosité de frères et sœurs en Christ m’a permis de servir Dieu au Cambodge et de monter différents projets : Le Pont de l’Espoir, The Bong Paoun Project, You’ve Got Talent et maintenant GospelTALK et de servir il y a quelques années su sein de l’équipe pastorale de l’église internationale ICA à Phnom Penh et de voyager pour des tournées de mobilisation à la mission. Si vous désirez participer au travail que le Seigneur m’a confié, rendez-vous sur la page : http://www.timpaton.info/donate.html . Merci beaucoup.

5) Quel âge as-tu ? (Pour mes amis cambodgiens qui me posent souvent la question) :

Fin janvier 2017, j’ai fêté mes 44 ans !

Bonne Année !

Toute l’équipe d’ A.M.E. vous souhaite une très bonne année 2017 !

Forum des Associations 2016

Bonjour à toutes et à tous,
Votre association sera présente aux forum des associations 2016.
Si vous êtes intéressés pour servir Dieu dans l’extension de son royaume sur la terre entière,
Nous vous attendons nombreux à notre Stand.

Marc 16:15
Puis il leur dit: « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. »

Toute l’équipe de votre association missionnaire

Forum des associations 2016

Forum des associations 2016